Espionnage: utiliser le dialecte haut-valaisan comme langage codé

http://www.lenouvelliste.ch/fr/valais/valais/espionnage-utiliser-le-dialecte-haut-valaisan-comme-langage-code-498-1230609

Les parlementaires suisses souhaitent que Berne réagisse aux écoutes menées par les services de renseignements américains à Genève. Si l’UDC pourrait envisager de suspendre l’application de l’accord bancaire FATCA, le directeur de l’Institut d’études stratégiques propose au Conseil fédéral de s’entretenir en dialecte haut-valaisan.

Plusieurs parlementaires demandent que Berne convoque l’ambassadeur des Etats-Unis et se fende d’une note de protestation contre les écoutes menées par les services de renseignement américain à Genève.

Si l’UDC pourrait envisager de suspendre l’application de l’accord FATCA, le directeur de l’Institut d’études stratégiques Albert Stahel propose une autre alternative pour le moins insolite. Dans une interview accordée à la “Neue Luzerner Zeitung”, il propose aux Conseillers fédéraux de s’entretenir de leurs dossiers sensibles en… dialecte haut-valaisan.

L’idée n’est pas nouvelle. “Lors de la deuxième guerre mondiale, les Américains ont utilisé le Navajo, une langue amérindienne, pour communiquer. Les Japonais n’y comprenaient rien”, rappelle-t-il, avant de conclure: “Si les Suisses utilisaient la même stratégie, les espions capituleraient en premier”.

About Alain Mermoud

If you think that Intelligence is expensive, consider the price of ignorance!
This entry was posted in Economic Warfare, Intelligence Economique, Press Review, Privacy & Surveillance, State Intelligence. Bookmark the permalink.

Leave a Reply