L’Europe des lobbies n’attend pas la Suisse

http://www.bilan.ch/myret-zaki/redaction-bilan/leurope-des-lobbies-nattend-pas-la-suisse

Il est des sujets dont la méconnaissance est inversement proportionnelle à leur importance. Il en va ainsi de celui des lobbies. Sait-on que l’industrie financière est le plus gros lobby à Bruxelles, avec 1700 lobbyistes, passant par 700 acteurs financiers, et qu’elle dépense au moins 123 millions d’euros par an pour infléchir le cours des réglementations européennes?

Qu’elle a sept fois plus de lobbyistes que les syndicats et les ONG réunis, dont le budget annuel atteint 4 millions à peine? Ces chiffres viennent d’une étude d’avril 2014, la première du genre, réalisée par Corporate Europe Observatory, la Chambre de commerce et la fédération des syndicats autrichiennes.

Une tendance similaire à celle observée aux Etats-Unis, où le lobbying financier auprès du Congrès dépasse désormais celui de la défense. Après 2008, les banques, fonds de placement, hedge funds, compagnies d’assurances ont intensifié leur activisme pour une raison évidente: contrer le tour de vis réglementaire postcrise, qui, en Europe, a voulu prendre la forme d’une taxe sur les transactions financières, de règles bancaires renforcées, d’une surveillance accrue des instruments dérivés, d’un durcissement des notations de crédit et des règles comptables…

About Alain Mermoud

If you think that Intelligence is expensive, consider the price of ignorance!

This entry was posted in Competitive Intelligence, Diplomatic Intelligence, Intelligence Economique, Lobbying, Press Review, Swiss Banking and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply