La Suisse commence vraiment à inspirer la méfiance a force de déloyauté

http://www.swissrespect.ch/v2/assets/files/Relations_Internationales/francois%20tripet.pdf

Le refus par la Suisse de reviser la convention sur les
successions avec la France ne va pas créer un probleme
de double imposition. Cette allegation des Francais ne re
lève que d’une strategie de bluff, affirme Francois Tripet.
Certains parlementaires fédéraux ont commence a s’aper
cevoir qu’ils avaient ete bernés et qu’ils liraient leur pays
aux puissances etrangères, ajoute l’avocat fiscaliste parisien, bien connu
a Genève, oü ii séjourne souvent. Ii dénonce egalement les abus de pou
voir de certainsjuges francais qui convoquent en toute illegalite certains
banquiers suisses, et fustige la pusillanimite de ces derniers qui prennent
leurs clients en otages. La Suisse a mis un siècle a bãtir une confiance
faite de rigueur et de discretion. Ii aura fallu moms de cinq années de
vituperations amèricaines etfrancaises pour que les Suisses doutent d’eux
mëmes et rèussissent le tour de force d’inspirer la defiance, c’est-i-dire de
perdre la guerre psychologique moderne sans avoir encore livrè une seule
bataille!>>, lance-t-il. FrancoisTripetregrette enfin la tendance des Occiden
taux a s’auto-punir les uns les autres en passant une fraction croissante de
leur temps a produire des regles en tous genres, a recruter des mouchards
pour les mettre en ceuvre et a crèer ainsi les conditions èvidentes d’une
fabricationexponentielle de “valeurnegative’>, allegeant d’autantlestermes
de concurrence!

About Alain Mermoud

If you think that Intelligence is expensive, consider the price of ignorance!
This entry was posted in Competitive Intelligence, Intelligence Economique, Press Review, Swiss Banking. Bookmark the permalink.

Leave a Reply