«Il ne faut pas donner aux réseaux sociaux plus d’importance qu’ils n’en ont»

http://www.laliberte.ch/news/magazine/multimedia/il-ne-faut-pas-donner-aux-reseaux-sociaux-plus-d-importance-qu-ils-n-en-ont-258487#.VDEoU74dL8s

Internet est le vecteur du pire comme du meilleur. Invité par l’Association des parents de la Glâne, le spécialiste des réseaux sociaux Stéphane Koch aurait dû animer demain, à Romont, un atelier pratique à ce sujet (celui-ci a été reporté au 17 janvier 2015 en raison d’un manque d’inscriptions). Sommité dans son domaine, le Genevois nous livre ici quelques règles de base à suivre sur le web.

– Quel est votre but lorsque vous animez ce type d’atelier?

Stéphane Koch: L’idée est de donner aux gens des repères et des outils pour pouvoir mieux se mouvoir dans un environnement numérique. Mon but, c’est que les personnes parviennent elles-mêmes à s’éduquer. Quand je demande aux participants «Qui peut vous aider 24 heures sur 24 lorsque vous avez un problème technique?», ils ont du mal à répondre. La bonne réponse est pourtant simple: c’est le moteur de recherche. Sur internet, lorsqu’on pose une question bien formulée, on obtient des réponses adéquates. On peut aussi utiliser YouTube, où l’on trouve des didacticiels très utiles.

– En général, sur quel thème mettez-vous l’accent?

La notion d’identité numérique. Par exemple, les parents postent régulièrement des photos de leurs enfants sur internet. Cela montre qu’ils ont de la peine à se projeter dans le temps, et qu’il s’agit d’un environnement hautement émotionnel. On prend une photo de son enfant et on la publie pour se faire plaisir. Le plaisir de l’enfant vient après. Ce comportement est à mettre en lien avec un manque de distance critique.

– Où se trouve le problème?

Publier une photo de son enfant, c’est créer son identité numérique. Lorsqu’il grandira, il aura peut-être envie de couper le cordon ombilical et n’appréciera pas forcément que des photos de lui avec une lolette dans la bouche et de la purée de pommes sur le front circulent sur le Net. Les parents ne sont pas conscients de cela. Ils ont pourtant un rôle à jouer. Ils ne peuvent pas se réfugier derrière le fait qu’ils ne comprennent rien aux technologies.

About Alain Mermoud

If you think that Intelligence is expensive, consider the price of ignorance!
This entry was posted in Press Review, Privacy & Surveillance and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply