Les pionniers suisses de l’informatique

http://www.ideesuisse.ch/240.0.html?&L=1

Un chapitre non négligeable de la très récente histoire de l’informatique s’est écrit en Suisse. Fort du dynamisme de ses deux écoles polytechniques fédérales (EPF) et du génie de quelques scientifiques de haut rang, le pays a en effet été le laboratoire de certaines notions et inventions qui se sont révélées capitales  pour le développement futur de l’informatique.

La Suisse commença a susciter l’attention au début des années 70, au moment où un chercheur zurichois du nom de Niklaus Wirth inventa le langage de programmation Pascal, dont les concepts fondamentaux sont encore présents dans certains des langages actuels. Parallèlement, le professeur Jean-Daniel Nicoud créait en 1972 à l’EPF de Lausanne un «Laboratoire de micro-informatique» (LAMI) dédié au développement d’ordinateurs.

Sous l’égide des ingénieurs Wirth et Nicoud, plusieurs générations de micro-ordinateurs made in Switzerland ont vu le jour jusqu’au début des années 90. La capacité de ces engins, qui répondaient aux jolis noms de «Smaky», «Lilith», «Cérès» ou «Scrib», égalait voire dépassait celle des produits vendus sur le marché. Mais vite écrasée  par la féroce concurrence de ces derniers, leur production n’a toutefois pas dépassé quelques milliers d’exemplaires.

Tel n’a pas été le sort de toutes les inventions suisses. Les travaux de Jean-Daniel Nicoud ont également amené à la création d’un nouveau type de souris en 1979. Cette percée a été à l’origine de l’entreprise Logitech, devenue aujourd’hui multinationale dans le domaine des périphériques informatiques.

Rappelons enfin que le World Wide Web et son langage bien connu HTML sont aussi en partie des inventions suisses, puisque c’est à Genève, au CERN, qu’ils ont été mis au point au début de la décennie 90 par l’Anglais Tim Berners-Lee et le Belge Robert Cailliau. C’est ainsi que le premier site web au monde avait une adresse suisse: http://nxoc01.cern.ch

About Alain Mermoud

If you think that Intelligence is expensive, consider the price of ignorance!
This entry was posted in Press Review. Bookmark the permalink.

Leave a Reply