Guerres de l’information : des données aux croyances

Comment anticiper la nocivité d’une certaine violence qui mobilise l’information désirable, redoutable et vulnérable à la fois ? Il faudrait sans doute commencer par faire circuler l’information, justement, par faire se rencontrer des cultures, militaires, technologiques, politiques qui n’ont pas forcément l’habitude de dialoguer. Outre un travail de classification et de clarification du vocabulaire (tout le monde entend-il vraiment la même chose par “guerre de l’image”, “opérations psychologiques”, “cyberterrorisme” ou “guerre informatique” ?), il devient urgent de faire un point sur l’état de l’art, c’est-à-dire le niveau des dangers. Quelle est la nature, la dangerosité des attaques informationnelles qui menaceraient notre pays ? Comment anticiper les nouveaux développements techniques, mais aussi les futures stratégies des acteurs ? L’utilisation d’opérations informationnelles comme complément ou substitut d’opérations militaires, comme moyen de contrainte en dessous du seuil de la violence armée ?

Source : huyghe.fr

About Kilian Cuche

Etudiant en information documentaire. Passionné par les nouvelles technologies, l'actualité et la politique.
This entry was posted in Competitive Intelligence, Cyber Security, Intelligence Economique, Military Intelligence, Press Review, State Intelligence, Terrorism and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply