L’entreprise Polixis robotise le contrôle des clients des banques grâce au Big Data

Baptisé Ardis – pour «Applied Risk & Data Intelligence Solution» – cet outil offre une analyse complète du profil économique et politique d’un client et de ses société. Un outil qui va, selon ses concepteurs, bien au-delà de l’exploration des bases de données classiques comme WorldCheck, Factiva ou LexisNexis. Les établissements bancaires dépensent des millions par an – l’équivalent de dizaines de salaires – pour avoir accès en continu à ces bases agrégeant articles de presses, listes officielles du SECO, du Patriot Act américain, de l’ONU ou de l’Union européenne.

La société emploie seize personnes – une équipe d’informaticiens emmenée un docteur en mathématiques russe, mais aussi des juristes édictant les nouvelles règles appliquées par les machines. Polixis dit avoir obtenu au cours des trois dernières années l’accès à des bases de données de pays émergents, publiques mais difficilement exploitables. Ses robots seront ainsi chargés de faire parler les 60 millions de décisions de justice brésilienne ou russes – le plus souvent anonymisées ou numérotées – auxquelles la société a négocié l’accès.

Source : 24 Heures

About Kilian Cuche

Etudiant en information documentaire. Passionné par les nouvelles technologies, l’actualité et la politique.

This entry was posted in Big Data, Corporate Intelligence, Industry 4.0, Press Review, Privacy & Surveillance, Swiss Banking and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply