Les cyberassurances sont-elles vraiment utiles?

Les risques de piratage informatique ne cessent de croître. Le marché mondial de la cyberassurance évolue en parallèle. Il atteint 2,5 milliards de dollars et devrait grimper à 10 milliards en 2020, selon le consultant Willis Towers Watson. Quel est l’intérêt pour un particulier à souscrire aux nouvelles cyberassurances ?

Les cyberassurances n’offrent toutefois qu’une couverture limitée pour les privés, explique Yannick Yersin, responsable des assurances de VZ en Suisse romande. Les prestations peuvent être regroupées en deux catégories : la récupération de données perdues et les litiges juridiques, par exemple dans les cas suivants : atteinte à la personnalité et usurpation d’identité (piratage d’un compte Facebook et publication d’images privées sans autorisation), utilisation abusive de cartes de crédit et de comptes en ligne (e-banking), etc.

Selon VZ, les cyberassurances proposent des services qu’elles ne peuvent, dans certains cas, que difficilement garantir. En effet, lorsque des données sont piratées, elles sont partiellement perdues et parfois même irrécupérables. Il est préférable de prendre ses précautions lors de l’utilisation de ses données électroniques plutôt que de contracter une cyberassurance. En effet, en ce qui concerne les cartes de crédit et les transactions bancaires sur Internet, le cyberrisque est supporté par la banque et non par l’épargnant. Toutefois, la personne privée est responsable du dommage occasionné par négligence, par exemple si elle a écrit le mot de passe directement sur sa carte de crédit. Ainsi, en cas de faute grave, même une cyberassurance ne suffirait pas à couvrir la perte subie, ajoute VZ.

Source : Le Temps

This entry was posted in Cyber Security, Press Review and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply