Les banques restent méfiantes face aux cryptofortunes

«Argent de la drogue», «dark Web», «arnaque». Voilà le genre de réactions les plus courantes lorsqu’un millionnaire en bitcoins cherche à ouvrir un compte dans une banque privée suisse. Le lien entre le monde des cryptomonnaies et les banques traditionnelles n’est pas encore bien établi, même si une poignée d’établissements commencent à s’intéresser à cette nouvelle clientèle potentielle, notamment à Genève. Avec une extrême prudence.

Un millionnaire en cryptomonnaies n’est pas un millionnaire comme les autres, semblent penser les banques suisses. Certaines comme Swissquote ou Falcon Bank proposent d’investir dans le bitcoin ou d’autres devises numériques, mais la place financière reste extrêmement sceptique face aux fortunes constituées dans ce nouvel univers parallèle. Les sommes peuvent être très conséquentes, comme le montre ce classement des grandes fortunes en bitcoins, dominé par deux milliardaires.

Pour les cryptofortunes, un véritable parcours du combattant s’impose avant de pouvoir ouvrir éventuellement un compte dans une enseigne suisse. «Les banques ont un a priori défavorable sur les cryptomonnaies en général, la grande majorité de celles que nous avons contactées depuis début 2017 n’a pas voulu entrer en matière. Celles qui commencent à être intéressées sont extrêmement exigeantes en matière de contrôles», poursuit Olivier Cohen, ancien banquier et trader, qui se décrit comme un passionné de la première heure des cryptos.

Source : Le Temps

This entry was posted in Cryptocurrency, Press Review, Swiss Banking and tagged , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply