La Suisse, leader en intelligence artificielle

C’est un robot capable d’attraper en vol une raquette de tennis. C’est un service qui répond automatiquement aux e-mails reçus sur son smartphone. C’est un système qui surveille avec précision, depuis le ciel, des milliers d’hectares de plantation de canne à sucre. Ces trois innovations ont en commun d’intégrer des systèmes d’intelligence artificielle. Mais aussi d’être développées en Suisse, notamment à l’EPFL.

De samedi à mardi 30 janvier, la haute école accueillait la deuxième édition des Applied Machine Learning Days. Un nom technique pour une conférence destinée à des jeunes spécialistes en code informatique? Oui, à voir comment les 1200 participants étaient captivés par des sessions de haut vol. Mais aussi l’occasion de découvrir comment la Suisse est aujourd’hui à la pointe en intelligence artificielle, via les robots développés à l’EPFL, les services créés par Google à Zurich et les systèmes d’analyse d’images de plantations programmés par la start-up Gamaya, basée à Lausanne.

Cette intelligence artificielle est basée sur le «machine learning». Un terme technique pour une réalité résumée en une phrase: l’idée est de faire ingérer à des algorithmes de gigantesques masses de données pour que les machines puissent prendre par elles-mêmes des décisions. Mais aussi apprendre de leurs erreurs pour progresser. Et ensuite réaliser des tâches de manière nettement plus efficace que les humains.

Source : Le Temps

This entry was posted in Machine Learning, Press Review, Startup and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply