Les initiatives fintech se multiplient auprès des banques suisses

L’initiative de numérisation de Credit Suisse en Suisse a débuté il y a 18 mois, sous la direction d’Anke Bridge-Haux. Son équipe, avec environ 120 employés, s’apprête à lancer de nouvelles innovations, dont un site internet plus personnalisé.

A l’interne, les processus sont simplifiés. «Au début de l’année dernière, nous avons lancé une initiative de «early scanning» avec Swiss Post Solutions, afin de numériser les formulaires que nous recevons physiquement le plus tôt possible dans le traitement. Mais il est aussi possible de travailler avec un logiciel encore plus intelligent qui reconnaît les courriers écrits à la main et les traduit sous forme numérique», explique-t-elle. Quoi qu’il en soit, les deux façons de numériser l’information physique augmentent massivement l’efficacité des processus, les rendant plus rapides, moins chers et aussi moins risqués. Les collaborateurs sont ainsi libérés de tâches ingrates, selon la banque. Grâce à l’IA ou aux robots, le nombre de produits, de services et les opérations connexes qui utiliseront de telles solutions sont en constante augmentation. La banque se penche actuellement sur quelque 200 processus qui peuvent être potentiellement numérisés.

L’intelligence artificielle progresse toutefois davantage dans les processus internes qu’externes de Credit Suisse, constate Anke Bridge-Haux. Un projet d’assistance informatique à l’aide d’un chatbot (Amelia) a été introduit récemment pour les collaborateurs. La plupart des questions concernant l’IT par exemple sont très basiques. Elles peuvent être résolues sans passer par des spécialistes, qui se consacrent désormais aux questions plus complexes. Le système est évolutif. Son degré d’intelligence progresse à chaque appel. Le système a démarré en décembre. Plus de 17 000 questions étaient traitées par Amelia fin janvier. Le système peut répondre correctement à 70-80% des questions. Les bénéfices sont significatifs.

Source : Le Temps

Comment intégrer une fintech dans une banque privée

Les start-up de la fintech insufflent un esprit jeune et disruptif, mais leurs solutions ne font que 10% du chemin et sous-estiment souvent les contraintes réglementaires, informatiques et sécuritaires si bien que finalement une intégration devient complexe et coûteuse, explique Michael Palma, associé commanditaire et membre du comité exécutif de Mirabaud & Cie SA. Un vrai partenariat avec un établissement bancaire dont l’informatique est fermée s’avère à la base compliqué pour des raisons de sécurité mais aussi de structure complexe.

Mirabaud a mené à bien «quelque chose d’atypique» selon Michael Palma, soit l’intégration d’une start-up (EdgeLab) dans une logique de partenariat, en faisant du «nearshoring», c’est-à-dire de l’extension des capacités de développement informatique avec Capgemini, à Valence (Espagne). Le modèle utilisé n’est pas celui du schéma d’acquisition d’un outil Microsoft que l’on achète et que l’on intègre. C’est vraiment un mariage stratégique à long terme qui change la culture de travail et permet de repenser les processus et l’offre d’EdgeLab, selon la banque.

Pour la start-up EdgeLab, à Lausanne, qui emploie 35 collaborateurs, la relation avec Mirabaud est la première avec une banque privée. Sa solution permet au gestionnaire de suivre l’activité de son client à l’aide d’un tableau de bord moderne. Sur son écran, le conseiller observe en permanence les indicateurs qui l’amènent à modifier ou non le portefeuille. Il dispose notamment d’informations clés, permettant de suivre l’évolution du risque du portefeuille par rapport au profil de risque du client, les échéances obligataires qui arrivent à maturité, des titres nouvellement recommandés à la vente par la recherche financière de la banque ou encore des propositions d’investissement à partager avec le client.

Source : Le Temps

This entry was posted in Fintech, Industry 4.0, Press Review, Startup, Swiss Banking and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.