Un leader chinois du bitcoin s’implante en Suisse

“La Crypto Valley s’enrichit d’un leader des monnaies virtuelles. Bitmain Technologies ouvre en effet une succursale à Zoug. La Suisse accueille ainsi l’un des principaux acteurs du marché des cryptomonnaies. «Bitmain Switzerland jouera un rôle clé dans notre expansion globale», confirme le siège de l’entreprise, à Pékin.

Bitmain est avant tout connu pour sa production d’ordinateurs spéciaux permettant de protéger le réseau de la cryptomonnaie. Le groupe aurait enregistré un bénéfice de plusieurs centaines de millions de dollars l’an dernier, selon certaines estimations.

L’entreprise chinoise est présente dans plusieurs branches, des logiciels au matériel informatique nécessaire à la blockchain et à l’intelligence artificielle, selon le porte-parole. Ses produits servent d’une part à garantir la fiabilité et la sécurité du réseau de bitcoins et d’autre part à conserver les monnaies déjà émises. Par analogie, on pourrait dire que ce sont ces appareils qui servent d’outils aux «chercheurs d’or» des cryptomonnaies.”

Source : Le Temps

Der chinesische Geheimdienst spioniert in der Schweiz mit LinkedIn

«Der Nachrichtendienst des Bundes hat Kenntnis von Versuchen chinesischer Nachrichtendienste, über Internet-Plattformen wie Linkedin Informanten anzuwerben», sagt Nachrichtendienstsprecherin Isabelle Graber. Jede Person mit Zugang zu Informationen, die chinesische Geheimdienste interessierten, komme als Ziel der Annäherungs- und Anwerbungsversuche infrage. «Das können Parlamentarier, Beamte und Armeeangehörige, aber auch Bankmitarbeiter, Akademiker und Mitarbeiter von Forschungseinrichtungen sein.»

Und schliesslich sagt Isabelle Graber: «Im Rahmen unserer Spionage-Prävention rufen wir Personen, die Ziel von Annäherungen ausländischer Nachrichtendienste sein können, zu Vorsicht im Umgang mit beruflichen und sozialen Netzwerken im Internet auf.»

Source : NZZ

Les communications quantiques : des échanges hautement sécurisés

Grâce au satellite Micius, des chercheurs chinois ont réussi à téléporter des informations entre l’espace et la Terre. Une première qui assoit leur domination sur ces échanges futuristes hautement sécurisés

Mais à quoi bon de tels réseaux, encore très coûteux ? Un chiffrement plus sûr est évidemment une motivation, mais les techniques «classiques» actuelles fonctionnent, avec même des protocoles à clés non secrètes. «Les efforts actuels sur le calcul quantique mettent en danger ces systèmes et la cryptographie quantique est une ­réponse», précise Eleni Diamanti, chargée de recherche à l’Université Pierre-et-Marie-Curie à Paris. Les chercheurs ­rêvent aussi d’un «Internet quantique» aux propriétés nouvelles, comme celle d’y faire du calcul distribué sur plusieurs nœuds du réseau, sans que les nœuds ­accèdent aux données.

Source : Le Temps